Auteures

Margarita Zakovorotnaya

TÉLUQ
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Josianne Basque

TÉLUQ
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Résumé court

Les concepteurs pédagogiques œuvrant en milieu universitaire au Québec vivent-ils une crise d’identité professionnelle? C’est la question posée dans l’étude exploratoire que nous menons. Des entrevues ont été menées auprès de six personnes se définissant comme concepteurs pédagogiques. Les résultats préliminaires montrent certains indices de l’existence d’une telle crise.

 

Mots clés 

Profession de concepteur pédagogique; crise d’identité professionnelle

 

Résumé long

Problématique

Avec l’expansion de la formation à distance dans divers milieux de formation, le besoin de recourir à l’expertise de personnes formées en technologie éducative et plus spécifiquement en design (techno)pédagogique se fait sentir de manière plus marquée depuis quelques années et de plus en plus d’emplois sont créés dans ce secteur. Le design pédagogique est toutefois encore considéré, dans bien des milieux, comme un nouveau domaine de pratique professionnelle. Le rôle et l’expertise des professionnels œuvrant dans ce domaine demeurent encore quelque peu mystérieux aux yeux de plusieurs, de sorte que leur identité professionnelle peut s’en trouver ébranlée.

 

Dans les écrits scientifiques, les questions relatives à la professionnalisation et à la construction de l’identité professionnelle chez les concepteurs pédagogiques ont commencé à être abordées il y a plus d’une vingtaine d’années et sont toujours d’actualité (Corbeil et Corbeil, 2013). Les quelques rares recherches menées à ce jour confirment l’absence d’une compréhension commune des rôles des concepteurs pédagogiques, l’absence d’un parcours professionnel partagé de même que l’absence d’une identité professionnelle clairement définie chez la plupart d’entre eux. Certains auteurs évoquent ainsi l’existence d’une crise de l’identité professionnelle chez les personnes œuvrant dans ce domaine (Corbeil et Corbeil, 2013; Lowenthal et Wilson, 2010; Reiser, 2012). Cela est-il le cas au Québec?

 

Pour répondre à cette question, nous cherchons à cerner le parcours professionnel de concepteurs pédagogiques œuvrant au Québec et les particularités du processus de construction de leur identité professionnelle. Dubar (2010) définit l’identité professionnelle comme « l’appellation qui sert à se désigner soi-même à partir de son emploi » (p. 95). Une crise d’identité professionnelle s’exprime dans une souffrance prenant diverses formes : dépression, frustration, déséquilibre, instabilité et sentiments d’inconfort, d’insuffisance, d’incompétence et d’incapacité à contrôler son temps (Erikson, 1970; Dubar, 2010).  

 

Méthodologie

La méthodologie de recherche de notre projet est de nature qualitative. Nous avons mené une entrevue individuelle semi-structurée auprès de six personnes s’identifiant elles-mêmes comme conceptrices ou concepteurs pédagogiques, bien qu’elles n’en portent pas nécessairement le titre dans leur organisation de travail. Parmi les personnes recrutées, deux possèdent moins de 2 années d’expérience, deux entre 7 et 8 et deux plus de 10 années. Elles œuvraient toutes, au moment de la collecte de données, en milieu universitaire.

 

Le schéma de l’entrevue, prenant la forme d’un échange visant à retracer des éléments de l’« histoire de vie » des participants, est adapté de celui proposé par Erikson (1970). Les sujets suivants sont abordés : la formation scolaire et universitaire; les raisons du choix de la profession; la description du milieu intellectuel dans lequel le sujet a vécu; les connaissances et les compétences nécessaires pour le travail; la collaboration avec des collègues; les problèmes et les difficultés au travail; la gestion de temps; les perspectives professionnelles.

 

Les données d’entrevues ont été transcrites verbatim puis codées à l’aide du logiciel d’analyse de données qualitatives NVivo.

 

Résultats préliminaires

Les analyses menées à ce jour confirment que les concepteurs pédagogiques œuvrant au Québec interrogés souffrent d’une identité professionnelle « en mal de reconnaissance ». La confusion dans les titres désignant la profession et dans les rôles et responsabilités des concepteurs pédagogiques interrogés, la difficulté à gérer leur rythme de travail dans les situations de résolutions de problèmes créent des déséquilibres et des conflits intérieurs dans le processus de construction identitaire. Certains indices de la présence d’une crise identitaire chez les sujets interrogés ont été repérés, notamment des sentiments d’insuffisance et d’incapacité à contrôler leur temps.

 

L’appartenance à des groupes professionnels, à des associations professionnelles, la collaboration avec des collègues proches, le développement de la conception de la profession les aident à faire face aux difficultés liées au manque de reconnaissance de leur identité professionnelle.

 

Les participants ont fait état de la nécessité d’élargir la vision de la profession dans la société. Cette vision devrait mettre l’accent non seulement sur leur expertise en utilisation des technologies à des fins de formation, qui leur est souvent attribuée de manière exclusive, mais surtout sur leur expertise portant sur les modèles, théories et principes de design pédagogique, situant ainsi leur rôle principalement en tant que contributeur à la qualité des formations.

 

Conclusion

Les résultats préliminaires de cette recherche permettent de jeter un certain éclairage sur le contexte de la pratique des concepteurs pédagogiques œuvrant en milieu universitaire au Québec. Ils nous invitent à réfléchir sur leur parcours professionnel et sur les moyens à prendre pour clarifier leur situation professionnelle.

 

Références bibliographiques      

Corbeil, J.S. et Corbeil, M.E. (2013). What do educational technologists do? The discipline as defined by educational technology practitioners. Issues in Information Systems, 14(12), 336-345.

 

Dubar, C. (2010). La crise des identités. L'interprétation d'une mutation (4e éd.). Paris, France : PUF.

 

Erikson, E. (1970). Autobiographic notes on the identity crisis. Daedalus, 99(4), 730-759.

 

Lowenthal, P. et Wilson, B.G. (2010). Labels DO matter! A critique of AECT’s redefinition of the field. TechTrends, 54(1), 38-46.

 

Reiser, R. A. (2012). What field did you say you were in? Dans R. R. J. Dempsey (Ed.), Trends and issues in instructional design and technology (3e éd.). Boston, MA: Pearson.

0
0
0
s2sdefault
01 UdeS 02 teluq 03 laval 05 Uquam 04 UdeM