Auteurs

Alain Stockless 

UQAM
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Stéphane Villeneuve 

UQAM
 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Julie Beaupré

C.S. des Affluents  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Résumé court

Ce texte présente les résultats d’une enquête sur la compétence technopédagogique des enseignants du primaire et du secondaire. Elle vise à mieux connaître le portrait des enseignants quant à leur niveau de maîtrise des outils TIC et de leur compétence TIC. L’analyse des résultats montre qu’ils dépassent rarement le niveau « Bon ». Quant aux usages, les enseignants utilisent fréquemment les TIC pour concevoir du matériel pédagogique. On y présente également les préoccupations des enseignants sur les nombreux obstacles qu’ils rencontrent lors de l’utilisation des TIC. Par conséquent, des indicateurs clairs qui aideront la mise en place de projets d’innovations ont pu être dégagés.

 

Mots clés

Maitrise des TIC; usage des TIC; enseignants; obstacles

 

Résumé long

Introduction

Dans le cadre de la conception d’un plan pour orienter l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) en classe, il s’est avéré nécessaire de tracer un portrait actuel du niveau de maîtrise d’outils TIC et de connaître l’appropriation des différentes composantes de la compétence 8 (MEQ, 2001).

 

Problématique

Il n’existe pas au Québec de données sur le niveau de maîtrise de la compétence TIC des enseignants en pratique. L’objectif de cette recherche était d’obtenir ces niveaux de maîtrise et ainsi que des indicateurs clairs pour la réalisation de plans TIC dans chacune des écoles de la commission scolaire. Ces indicateurs aideront à orienter les décisions quant aux actions à prendre pour assurer une utilisation efficiente des budgets alloués à la formation et à l’acquisition de matériel technologique. Dans ce contexte, l’enquête fut réalisée auprès des enseignants du primaire et du secondaire en pratique.

 

Méthodologie

Les enseignants proviennent d’une commission scolaire de la région de Montréal. Plus de 2400 enseignants ont été sollicités pour répondre à un sondage et près de 1800 réponses ont été obtenues (taux de participation de 72 %). L’instrument de collecte de données que nous avons utilisé est celui de Villeneuve (2011). Nous y avons cependant apporté quelques modifications mineures afin de l’adapter à notre contexte, car cet instrument avait été développé dans le cadre d’une recherche sur la maîtrise de la compétence TIC chez les futurs enseignants. Les données ont été recueillies avec la plateforme LimeSurvey et les données ont été analysées avec le logiciel SPSS.

 

Résultats

Tout d’abord, nous avons évalué le niveau de maîtrise (échelle de Likert à six niveaux) de plus de trente outils technologiques susceptibles d’être utilisés par les enseignants. Aucun outil TIC ne dépasse le seuil « Bon » (graphique 1). Les plus maîtrisés sont la suite de logiciels bureautiques (traitement de texte, logiciel de présentation, chiffrier), les outils utiles à la communication (courriel) et l’utilisation du tableau numérique interactif.

 

StocklessFig1

Graphique 1 : maîtrise de catégories outils TIC

 

Par la suite, nous nous sommes intéressés aux usages des TIC. Les résultats montrent que les enseignants utilisent fréquemment les TIC pour concevoir du matériel pédagogique (graphique 2). Ainsi, une proportion importante des répondants s’adonnent à cette pratique à 75 % du temps. Malgré tout, 7,6 % des enseignants disent ne jamais utiliser les TIC pour cette fonction. Néanmoins, nombreux sont les enseignants qui utilisent les TIC pour enseigner. Par ailleurs, nous observons une tendance à la baisse quant aux usages des TIC pour soutenir le processus d’enseignement et d’apprentissage.

 

Stocklessfig2

Graphique 2 : usage des TIC

 

Pour évaluer la maîtrise de la compétence TIC, nous avons interrogé les enseignants en fonction des composantes de la compétence TIC (MEQ, 2001) en utilisant une échelle de Lickert à cinq niveaux. Pour toutes les composantes de la compétence TIC, nous observons que les enseignants possèdent une maîtrise minimale, c’est-à-dire que l’ensemble des composantes dépasse rarement le niveau « Moyennement ». Les composantes  Soutenir l’enseignement et l’apprentissage et Rechercher, interpréter, communiquer et résoudre des problèmes sont les mieux maîtrisées par les enseignants. À l’inverse, les composantes les moins maîtrisées sont : Se constituer des réseaux d’échanges et Communiquer à l’aide d’outils multimédias variés.

 

Nous avons également interrogé les enseignants sur les obstacles rencontrés lors de l’intégration des TIC. On remarque que peu d’enseignants disent ne jamais rencontrer d’obstacle (graphique 3) tout en montrant clairement que les enseignants en rencontrent fréquemment lors de l’intégration des TIC en classe.

  

Stocklessfig3

Graphique 3 : Proportion des obstacles rencontrés lors de l’intégration des TIC

 

Afin de mieux comprendre la nature des obstacles, les enseignants étaient invités à donner des exemples. Pour rendre compréhensibles les nombreuses difficultés relevées, nous avons regroupé tous les segments en catégories. Le regroupement en catégories est inspiré de la métasynthèse de Hew et Brush (2007) : les ressources technologiques, les connaissances et compétences institutionnelles, les attitudes et croyances, l’évaluation culturelle. Les obstacles rencontrés par les enseignants se situent à près de 90 % dans la catégorie ressources technologiques (accès à la technologie tels, infrastructure, ordinateurs, périphériques, logiciels, problématiques techniques, fiabilité et obsolescence du matériel technologique), ce qui en fait la catégorie la plus souvent mentionnée.

 

Conclusion

À priori, le portrait proposé de la compétence technopédagogique des enseignants nous permet donc de mieux cerner la situation de l’intégration des TIC en terme de niveau de maîtrise et d’usage. Que ce soit pour la mise en place de plans TIC, de pratiques innovantes ou pour l’implantation d’outils innovateurs, ces données pourront être comparées à d’autres commissions scolaires afin de dresser un portrait plus global de la compétence TIC des enseignants du Québec.

 

Références bibliographiques      

Hew, K. F. et Brush, T. (2007). Integrating technology into K-12 teaching and learning: Current knowledge gaps and recommendations for future research. Educational Technology Research and Development, 55(3), 223-252.

 

Ministère de l’Éducation du Québec (2001). La formation à l’enseignement. Les orientations. Les compétences professionnelles. Montréal : Ministère de l’Éducation du Québec.

 

Villeneuve, S. (2011). L’évaluation de la compétence professionnelle des futurs maîtres du Québec à intégrer les technologies de l’information et des communications (TIC) : maîtrise et usages. (thèse de doctorat, Université de Montréal, Canada).

 

 

 

 

0
0
0
s2sdefault
01 UdeS 02 teluq 03 laval 05 Uquam 04 UdeM