Auteurs

Chantal Roussel

Université du Québec à Rimouski

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Ghislain Samson

Université du Québec à Trois-Rivières

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Normand Landry

TÉLUQ

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Marie-Michèle Lemieux

Université du Québec

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Résumé court

 

Le manuel numérique (MN) désigne un outil de plus en plus utilisé pour l’enseignement/apprentissage à différents niveaux. À l’université, son usage par les enseignants et les étudiants demeure relativement méconnu. Cette communication, basée sur une vaste recension d’écrits, aborde différents déterminants de choix d’utiliser ou non le MN en situation d’enseignement, tout en faisant le point sur les avantages et inconvénients recensés. Les résultats mettent en évidence l’importance de facteurs tels que le coût, la lisibilité, la facilité d’usage, les fonctions de recherche dans l’outil sur l’adoption du manuel numérique. Par ailleurs, des études signalent que la formation des utilisateurs au MN semble essentielle pour une utilisation optimale.

 

Mots clés

 

Ingénierie pédagogique; technologies émergentes; modèles et stratégies

 

Résumé long

 

Introduction

La place occupée par les technologies médiatiques en enseignement supérieur devient prégnante (Gandaho, Loye et Blais, 2011). À cet égard, le manuel numérique (MN) s’inscrit comme moyen privilégié de développement des apprentissages en milieu universitaire (Beaupré, Collin, Drapeau, Kawun, Landry, Lemieux, Roussel et Samson, 2013), bien que ses usages pédagogiques appellent à l’évaluation de contraintes et d’opportunités diverses (Loisy et Lameul, 2014). Le développement du MN s’inscrit dans un contexte de compétition, d’innovation, et d’investissement accru dans une société dite du « savoir », où une vaste gamme d’outils est déployée afin de renforcer les apprentissages. De plus, lorsque l’on considère l’émergence et lavariété d’offres de cours et de programmes, elles requièrent d’autres manières d’appréhender la formation afin qu’elle soit efficace, à la fois pour les enseignants et les apprenants. Dans ces contextes, les formateurs optent, s’adaptent ou sont contraints d’utiliser des approches, des méthodes ou des moyens dits novateurs et fonctionnellement adaptés aux outils et aux environnements d’apprentissage en émergence.

 

Cette communication expose ainsi un ensemble d’enjeux et de pratiques relevés par la recension des écrits effectuée. Deux questions apparaissent centrales : comment est utilisé le MN par les formateurs et les étudiants dans la formation? Ses utilisateurs sont-ils préparés à affronter les défis de l’enseignement et de l’apprentissage s’arrimant aux potentialités du MN?

 

Manuel numérique ou livre numérique : quelle définition?

En étudiant différents articles de recherche[1] au sujet du livre numérique (LN) ou du MN, il appert que sa définition n’est pas toujours présente. Lorsqu’elle l’est, celle-ci ne rejoint pas véritablement de consensus. Dans cette diversité conceptuelle, certains auteurs placent l’accent sur l’un, l’autre, ou plusieurs des aspects suivants : le type d’appareil électronique (cité dans Ahmad et Brogan, 2012) ou d’environnement informatique (cité dans Bossaller et Kammer, 2014) requis pour l’utiliser. D’autres insistent sur les possibilités médiatiques offertes par le MN en terme de fonctionnalité ou de degré d’interactivité (deNoyelles et Seilhamer, 2013). D’autres encore (Kouis et Konstantinou, 2014) discutent de la prépondérance et du rôle d’Internet pour son usage.

 

Pour nous, le MN se distingue bien du LN. Il désigne un « Ouvrage didactique, c’est- à-dire comprenant le contenu à acquérir/enseigner, les objectifs, les méthodes et les moyens pédagogiques, ainsi que des évaluations possibles. Il est édité et diffusé sous forme numérique, et destiné à être lu à l’écran. » (Beaupré et al., 2013, p. 5.). Cette définition   met   l’accent   sur   des   caractéristiques   et   des   contenus   dédiés   à l’enseignement et à l’apprentissage d’un sujet donné, tout en considérant sa caractéristique immatérielle, c’est-à-dire sa forme numérique.

 

Questions et résultats préliminaires issus de cette recension

Le projet de recherche Synthèse des connaissances CRSH [2] , intitulé Le manuel numérique en contexte universitaire : stratégies pédagogiques, nouvelles méthodes d’apprentissage, potentiel et limites, a pour objet premier de convenir de l’état des connaissances sur l’utilisation du manuel numérique en enseignement supérieur. Plus de cinq cents articles scientifiques ont été recensés, triés, évalués et analysés en vue de cet objectif. Cette recherche s’intéresse aux stratégies déployées par les acteurs de l’enseignement et par les étudiants au sujet de l’utilisation du MN où sont répertoriés des enjeux de conception du MN, tout en jetant un regard sur les déterminants de choix du formateur ou de l’étudiant d’en faire l’utilisation ou non. Simultanément, sont examinés les avantages et les inconvénients qui se présentent au cœur de son usage en contexte d’enseignement supérieur, dont l’impact se répercute sur sa conception.

 

Les résultats préliminaires de cette recension se structurent autour des thèmes suivants :

  • La notion de « livre numérique » (etextbook) est privilégiée, au détriment de la notion de « manuel numérique » (etextbook), soulevant la question des frontières de définition.
  • Bon nombre de recherches présentent des perceptions d’utilisateurs du MN, mais peu d’entre elles décrivent des activités ou des pratiques observées d’enseignants et d’étudiants utilisateurs ou les méthodes et les stratégies déployées pour favoriser l’apprentissage.
  • Nombreux sont les articles abordant les préférences des usagers concernant le MN par rapport au manuel papier. La tendance indique que le manuel papier conserve fréquemment la faveur des utilisateurs.
  • Bon nombre d’articles traitent de l’appréciation du MN faite par les étudiants. C’est à ce moment que sont mises en évidence une variété d’avantages (coût, facilité d’usage, portabilité, fonctionnalités diverses, partage d’information, recherche, interactivité, ressources supplémentaires incluses au manuel, etc.) et d’inconvénients (immatérialité de l’objet, distraction, fatigue oculaire, problèmes techniques, type de format, type d’appareil, disponibilité à long terme, etc.) relatifs à l’usage du MN.
  • Plusieurs études dégagent diverses caractéristiques d’étudiants (études à temps plein, temps partiel, études en présence et à distance, homme/femme, niveau d’études, âge, etc.) en établissant des rapports avec leurs habitudes d’utilisation du MN.
  • Enfin, quelques recherches discutent de l’appréciation des compétences technologiques des utilisateurs (étudiants et enseignants) et de la formation devant leur être dispensée concernant l’utilisation du MN. Dans cet ensemble, le soutien institutionnel tient une place prépondérante.

 

Conclusion

Après avoir scruté différents résultats issus de la synthèse de connaissances concernant l’utilisation du MN, ses auteurs présentent quelques constats et pistes de recherche prometteuses. Suivant Barrette (2009), il devient apparent que le développement des compétences technologiques se situe en amont d’une utilisation pédagogique efficace par des enseignants et des étudiants. À l’évidence, cette situation semble assez similaire pour l’usage du MN en enseignement supérieur. En lien avec cette idée, la pertinence de poursuivre des recherches au sujet de pratiques enseignantes donnant accès à son utilisation concrète demeure.

 

Références bibliographiques

Ahmad, P. et Brogan, M. (2012). Scholarly Use of E-Books in a Virtual Academic Environment: A Case Study. Australian Academic & Research Libraries, 43(3), 189-213. doi: 10.1080/00048623.2012.10722277.

 

Barrette, C. (2009). Métarecherche sur les effets de l'intégration des TIC en pédagogie collégiale. 6(2-3), 18-25. [En ligne] http://id.erudit.org/iderudit/1000008ar doi:10.7202/1000008ar.

 

Beaupré, S., Collin, C., Drapeau, B., Kawun, É., Landry, N., Lemieux, M.-M., Roussel, C. et Samson, G. (2013). Guide de conception et d'utilisation du manuel           numérique universitaire. Document téléaccessible à l'adresse http://www.puq.ca/catalogue/livres/guide-conception-utilisation-manuel- numerique-universitaire-2664.html.

 

Bossaller, J. et Kammer, J. (2014). Faculty Views on eTextbooks: A Narrative Study.College Teaching, 62(2), 68-75. doi: 10.1080/87567555.2014.885877.

 

DeNoyelles, A. et Seilhamer, R. (2013). eTextbook access, usage, and beliefs: implications for adoption in higher education. Journal of Applied Research in Higher Education, 5(2), 189-201. doi: 10.1108/JARHE-12-2012-0065.

 

Gandaho, I., Loye, N. et Blais, J.-G. (2011). L'évaluation au sein de communautés virtuelles d'apprentissage. Dans J.-G. Blais et J.-L. Gilles (dir.), Évaluation des apprentissages et technologies de l'information et de la communication. Le futur est à notre porte (pp. 95-115). Québec : Presses de l'Université Laval.

 

Kouis, D. et Konstantinou, N. (2014). Electronic textbooks advantages and challenges for the Hellenic higher education and publishing community. Library Review, 63(6/7), 531-543. doi: 10.1108/LR-06-2014-0074.

 

Loisy, C. et Lameul, G. (2014). La pédagogie universitaire : énergence d'une problématique. Dans G. Lameul et C. Loisy (dir.), La pédagogie universitaire à l'heure du numérique. Questionnement et éclairage de la recherche (pp. 13-24). Belgique : De Boeck.

 

[1] La méthodologie développée et utilisée pour le repérage, la sélection ou le tri des articles fera l’objet d’un autre article; l’espace n’étant pas disponible ici.

[2] Cette recherché a été financée par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

 

0
0
0
s2sdefault
01 UdeS 02 teluq 03 laval 05 Uquam 04 UdeM